Le CIO a essayé de ne pas faire de la question des droits de l’homme et de la démocratisation une priorité dans la procédure de sélection pour les Jeux Olympiques. C’était principalement dà» au fait que Pékin avait un important soutien dans le CIO qui n’était autre que le président Juan Antonio Samaranch, lequel n’était pas intéressé à  l’idée d’entamer une discussion surgissant dans le CIO qui aurait jeté une mauvaise lumière sur Pékin. 

Parmi les membres du CIO, il y avait deux courants de pensée. Selon l’une d’entre elle, Pékin ne pourrait être élu jusqu’à  ce que la ville n’ait atteinte une certaine conformité concernant les droits de l’homme. L’autre était convaincu, que l’élection de Pékin en tant que ville hôte promouvrait le progrès de la situation politique et les droits de l’homme pas avant que ce ne soit vraiment arrivé. Ce sont les deux approches basiques dans le débat.
Les inspecteurs du CIO qui ont visité Pékin en Février 2001 ont souligné, à  la demande des journalistes, qu’ils avaient seulement évalué la capacité organisationnelle des 5 Villes Candidates pour organiser les Jeux Olympiques pendant leur tour d’inspection. Les questions concernant les politiques n’étaient pas considérées dans leur rapport.
Le problème des Droits de l’Homme en Chine était utilisé comme un argument aussi bien pour (davantage de Droits de l’Homme à  travers les Jeux) que contre une participation des Jeux à  Pékin (en premier lieu les Droits de l’Homme, ensuite les Jeux Olympiques).
Le 13 Juillet 2001 pendant le 112 ème sommet plénier du CIO, Pékin s’est estimé capable d’accueillir les Jeux Olympiques. Pendant que les gens célébraient dans les rues de Pékin, la décision fut critiquée par de nombreuses organisations des Droits de l’Homme, les dissidents et les Tibétains exilés. Les réactions par rapport à  la décision parlaient de « mauvais jugement historique » et de« récompense pour un régime corrompu ». La décision était même comparée aux Jeux Olympiques de 1936, lesquels furent abusés comme un moyen de propagande par les Nazis.
Tandis que d’autres journalistes ont accueilli la décision d’élire Pékin comme la Ville Hôte. En contradiction, l’exemple des Jeux Olympiques en Corée du Sud en 1988 avait aidé à  abolir le régime autoritaire militaire, l’espoir était émis dans la démocratisation. Les Jeux inciteraient le gouvernement chinois à  entreprendre des réformes économiques et démocratiques basées sur le modèle occidental et respecter d'avantage les Droits de l’Homme.

En premier lieu les Droits de l'Homme ensuite les Jeux Olympiques

Les Droits de l’Homme étaient utilisés comme un argument par les adversaires et les partisans des Jeux Olympiques à  Pékin. Principalement, les adversaires de Pékin étaient les USA comparent souvent la situation avec les Jeux de Berlin en 1936 et de Moscou en 1980. Il y a la crainte du gouvernement chinois utilisant les Jeux Olympiques comme un mouvement de propagande et renforce ainsi leur régime et que la situation en ce qui concerne les Droits de l’Homme en Chine se dégrade.
Le républicain californien Membre du Congrès a dit:
« Hitler a bénéficié énormément des Jeux Olympiques de Berlin en 1936. Et nous savons ce qu’il s’est passé les années qui suivirent. L’Union Soviétique a eu les Jeux Olympiques en 1980, et là  est venu neuf ans de suppression soviétique. J’adorerais voir les Jeux Olympiques en Chine…une fois leur registre sur les Droits de l’Homme sois remis en ordre."
Particulièrement à  l’instance de Lantos, la Chambre des députés (à‰tats-Unis) a passé une résolution, qui s’est prononcée contre les Jeux Olympiques à  Pékin. L’argument principal était les violations des Droits de l’Homme dans la RPC. Le Parlement Européen a également passé une résolution annonà§ant que les liens attachés à  l'approbation de Pékin comme ville hôte étaient l'amélioration de la situation de droits de l'homme :
« [Le Parlement Européen] invite le Comité International Olympique à  reconsidérer la candidature de Pékin quand les autorités de la RPC ont fait un changement fondamental dans leur politique sur les Droits de l’Homme, et la promotion de la démocratie et le rôle des lois. »
Les effets positifs sur les Droits de l'Homme
L’espoir que les Jeux Olympiques mèneront à  un progrès de la situation des Droits de l’Homme en Chine est prononcé par les partisans de Pékin. L’organisation des Droits de l’Homme « Human Rights Watch » espère, que l'attention que la Chine obtiendra suite aux Jeux Olympiques aidera à  améliorer la situation des droits de l'Homme :
« Nous pensons que le registre des Droits de l’Homme d’un pays devrait être pris sérieusement en considération par le Comité International Olympique en sélectionnant le site pour les Jeux Olympiques 2008, mais nous ne sommes à  priori pas opposés à  ce que la Chine reà§oive les Jeux. L’expérience avec la Conférence de la Femme aux Nations Unies en 1995 a montré qu’avoir des milliers de gens du monde entier en Chine peut focaliser l’attention sur le pays, incluant sur le degré du contrôle de l’état et la crainte de contestation politique. »